L’histoire des bolides RAK produits par Opel est fascinante. Entre les mois de mars et de juin 1928, trois modèles sont préparés par la division allemande avec un seul objectif en tête: battre des records de vitesse.

La particularité de ces voitures? Elles sont propulsées par un ou des réacteurs.

La première expérience a lieu le 15 mars 1928 et le RAK 1 atteint alors 75 km/h. Deux mois plus tard, le 23 mai 1928, le RAK 2 et ses 24 réacteurs pulvérisent cette marque et franchissent la barre des 230 km/h.

HeapMedia376184

Le 24 juin 1928, on pousse la note un peu plus avec le RAK 3, conçu pour fonctionner sur des rails.

La tentative de record a lieu près de Hanovre en Allemagne et attire quelque 20 000 spectateurs. À son premier essai, le RAK 3 inscrit une vitesse record sur rail de 157 m/h, soit environ 253 km/h.

Fait étrange: le RAK 3 transportait un… chat dans sa cabine de pilotage. Malheureusement pour le félin, qui fut désigné « pilote » à l’occasion de cette deuxième tentative, le RAK3 s’est enflammé en pleine course, quittant les rais et tuant du coup le pauvre animal.

Un véhicule nommé RAK 4 verra le jour avec pour mission de battre le record du RAK 3, mais là encore, les réacteurs prirent feu, cette fois lors d’un essai, qui s’est terminé par une explosion spectaculaire.

Du coup, les autorités ferroviaires interdirent ce genre de tests.

… en 2011, au Salon de Francfort, le concept Opel RAK e était présenté au public. Loin de vouloir établir des records de vitesse, ce véhicule biplace était porteur d’une tout autre mission, celle de faciliter et de promouvoir le transport urbain électrique.

Son nom se voulait un hommage au passé novateur de la marque.

HeapMedia376186