Pour souligner les 50 ans de la GT-R, Nissan s’est associé à Italdesign afin de réinterpréter ce monstre de puissance que les passionnés surnomment affectueusement Godzilla depuis la fin des années 80. Le fruit de cet exercice a donné naissance à la Nissan GT-R50, un prototype unique qui, selon un communiqué publié aujourd’hui, fera son apparition en Europe, en juillet.

Cette première collaboration qui a réuni le constructeur nippon et le studio de design italien coïncide avec un autre 50e anniversaire: celui d’Italdesign. Fondée en 1968 par le célèbre designer Giorgetto Giugiaro, créateur de voitures marquantes comme la Volkswagen Golf et la DeLorean DMC-12, cette entreprise est devenue une filiale d’Audi après son rachat par Volkswagen, en 2010.

La GT-R50 n’a donc rien à voir avec Giugiaro. Ce sont plutôt les équipes de Nissan Design America et de Nissan Design Europe qui ont d’abord repensé la carrosserie et l’habitacle en partant d’une GT-R Nismo 2018.

Italdesign a ensuite apporté sa contribution au design, avant de fabriquer le prototype qui, malgré des formes rappelant la GT-R de série, se distingue par des traits de caractère uniques.
.

Abaissée de 54 mm par rapport à la Nismo, la Nissan GT-R50 a un pavillon dont la section centrale est légèrement décalée longitudinalement. De plus, les ailes avant fortement renflées ont été troquées pour de longues sorties d’air verticales adoptant la forme d’une lame de samouraï. Leur couleur or (baptisée Energetic Sigma Gold) reprise pour les boucliers avant et arrière, et les rétroviseurs, évoque naturellement le cinquantenaire célébré par Nissan.

Par ailleurs, le capot affiche un renflement plus prononcé, alors que les blocs optiques, constitués de diodes électroluminescentes (DEL) fines, s’étendent des arches de roues jusqu’aux parties supérieures des entrées d’air du bouclier avant.

Derrière, on retrouve les quatre feux ronds, caractéristiques de la GT-R depuis 50 ans — l’époque glorieuse des Datsun Skyline 2000GT-R (photo ci-dessous). Par contre, ceux du prototype sont comme des composants distincts flottants, avec deux anneaux minces de lumière entourant des centres évidés.

HeapMedia487043

Un large aileron arrière ajustable, enfin, apporte une touche finale à ce design commémoratif. Cependant, contrairement à celui d’une GT-R de série, dont les extrémités sont recourbées, celui-ci se termine en pointes.

La fibre de carbone omniprésente dans l’habitacle orne les pourtours de la console centrale, du tableau de bord et des contre-portes. Les sièges, quant à eux, sont revêtus d’Alcantara noir et de cuir fin italien, également noir. En outre, des touches dorées autour du tableau de bord, des portières et des commandes d’allure futuriste constituent un autre rappel de l’anniversaire.

Sous le capot, on retrouve une version gonflée du moteur de la GT-R Nismo qui justifie encore plus le surnom Godzilla. Ce V6 biturbo de 3,8 litres assemblé à la main livre 720 chevaux et 575 lb-pi de couple. Ce sont 155 chevaux et 108 lb-pi de plus qu’un moteur de série.

Pour arriver à ces gains, le constructeur a repris les deux turbocompresseurs à haut débit et grand diamètre issus de la GT-R du championnat GT3, ainsi que des échangeurs intermédiaires plus grands. Il a également utilisé un arbre moteur, des pistons, des bielles et des roulements à haute résistance, de même que des gicleurs d’huile à haut débit pour la lubrification, un arbre à cames spécifique et des injecteurs de carburant à haut débit. Enfin, les systèmes d’allumage, d’admission et d’échappement ont été optimisés, sans oublier les différentiels et arbres de transmission renforcés.

La suspension intègre désormais un système d’amortisseurs ajustables Bilstein DampTronic I, alors que des freins Brembo à étriers rouge vif ajoutent une touche de couleur derrière les roues en alliage de 21 po chaussées de pneus Michelin Pilot Super Sport.

On ignore pour le moment si ce prototype servira de modèle à une version modernisée de la GT-R.

HeapMedia487059