Même si votre société d’assurance n’insiste pas pour la tenue d’une évaluation professionnelle, vous devriez quand même en faire faire une, question de vous protéger. « Si vous n’avez pas fait faire une évaluation, vous n’êtes pas assurés quant à la valeur de remplacement, » dit Wayne Copeland, évaluateur et vice-président du développement des affaires chez Antique & Classic Auto Appraisal Service, en Ontario. «Vous pouvez obtenir une assurance normale, comme vous le feriez pour votre véhicule régulier, mais à ce moment, tout ce que votre société d’assurance vous paiera est la valeur que son évaluateur perçoit comme étant juste. Faire faire une évaluation en fixe la valeur de façon convenue.»

Évidemment, une fois votre véhicule évalué, vous paierez une prime d’assurance correspondant à cette valeur, laquelle sera probablement plus élevée que si vous n’en aviez pas. Mais dès que vous faites assurer votre véhicule en vous basant sur cette dernière, « votre société d’assurance vous assurera en fonction de ce montant, » ajoute Copeland. «En cas de perte, où un véhicule est volé ou complètement détruit, votre société d’assurance consentira à vous payer le montant correspondant à votre évaluation, car elle a donné son accord pour ce dernier.»

Si le véhicule est endommagé, la société d’assurance doit également débourser les frais de réparation jusqu’au montant de l’évaluation. Sans cette dernière, votre trésor chéri pourrait bien se voir attribuer quelques sous à peine, et vous seriez alors tenus de vider vos poches afin d’en faire compléter les réparations en vue de son retour sur la route.

De plus, les évaluations ne se limitent pas aux voitures antiques et d’accélération. Presque n’importe quoi peut être évalué pour en déterminer la valeur, dans les limites de la raison, y compris les motocyclettes, les VTT, les bateaux et même les tracteurs. Et ce n’est pas toujours uniquement pour obtenir une couverture d’assurance.

Copeland a agi à titre d’évaluateur à des ventes de biens immobiliers et à des procédures de divorce, et a fait l’évaluation de véhicules lorsqu’un acheteur potentiel ne peut se rendre en personne pour en faire l’examen, ou qu’il n’est pas certain du prix qu’il devrait payer pour se le procurer. Les évaluations peuvent également être nécessaires pour les taxes de vente provinciales, lors de l’achat ou de la vente d’un véhicule plus âgé, s’il y a lieu.

En règle générale, c’est ce qu’il y a de plus facile. Parfois, le défi consiste à trouver un bon évaluateur. Il n’existe aucune norme gouvernementale pour ce travail, et en réalité, n’importe qui peut vous remettre une carte et prétendre être un professionnel. Non seulement courez-vous le risque d’obtenir une valeur erronée, mais votre société d’assurance a le droit de refuser l’évaluation – même si vous avez payé l’évaluateur pour services rendus – si cette dernière n’a pas été faite correctement.

«J’ai déjà vu des évaluations où la personne prenait un morceau de papier, inscrivait à la main que le véhicule était en bon état, de même que l’année et le numéro de série de ce dernier, sans même indiquer le kilométrage; uniquement le prix et une photo,» dit Copeland.

Plutôt: «Une évaluation appropriée comprend l’année et la marque du véhicule, le numéro de série, le kilométrage, le numéro de plaque d’immatriculation, l’état du véhicule, de nombreuses photos et les termes adéquats; la personne doit ensuite signer l’évaluation, y indiquer son nom, son adresse, le nom de l’entreprise pour laquelle elle travaille et le numéro de téléphone pour la rejoindre. Et impossible de faire tout ça par téléphone. L’implication avec le véhicule doit être totale, et l’évaluateur doit le voir de ses propres yeux. En moyenne, une évaluation prend une heure par véhicule.»

Il y a toujours plusieurs façons de trouver un bon évaluateur, ajoute Copeland, en commençant par vous informer auprès de votre société d’assurance. La plupart d’entre elles pourront vous recommander quelqu’un, plus particulièrement si elles assurent un grand nombre de véhicules de collection. Par la même occasion, vous devriez également pouvoir découvrir si la société fournit une liste des évaluateurs avec lesquels elle refuse de traiter.

S’il y a un club automobile dans votre région, cherchez à obtenir des recommandations auprès de ses membres, plus particulièrement s’ils se spécialisent dans le type de véhicule que vous possédez. Personne n’est expert en tout; n’hésitez pas à demander à votre évaluateur s’il est familier avec votre type de véhicule et, dans le cas contraire, voyez s’il peut vous référer quelqu’un l’étant. Pour tout évaluateur, demandez à voir des exemples de son travail, assurez-vous que la qualité en est satisfaisante et que les documents fournis comprennent tous les renseignements dont votre société d’assurance aura besoin.

Une fois votre évaluation complétée, vous devriez recevoir deux copies: l’une à envoyer à votre société d’assurance, et l’autre à conserver pour vos dossiers. Les erreurs et fautes de frappe peuvent toujours se produire; assurez-vous de réviser attentivement les détails tels que le kilométrage et le numéro de série avant de remettre vos documents.

Votre évaluation doit être mise à jour tous les deux ans, en raison de l’évolution des prix du carburant, ou chaque fois que vous apportez des changements qui augmentent la valeur de votre véhicule, comme une nouvelle peinture ou un intérieur refait. Vous avez consacré beaucoup de temps et d’argent à donner à votre véhicule l’allure idéale. Maintenant, dépensez-en un peu plus et accordez-lui la protection qu’il mérite.